Contexte

Le développement d’une réelle compétitivité logistique de l’économie marocaine, constitue un enjeu de grande envergure vu l’impact de ce secteur sur la consécration du Maroc comme destination de choix pour les investissements créateurs d’emplois et de valeur ajoutée, ainsi que sur l’amélioration de la compétitivité des échanges commerciaux du Maroc.

En plus de la poursuite de la politique des grands chantiers d’infrastructures de transport et la multiplication du volume de l’investissement y afférent et la poursuite du processus de réforme du secteur de transport et d’amélioration de ses services, il s’est avéré nécessaire de parachever la mise à niveau des systèmes de transport à travers une impulsion réelle aux services logistiques et une mise en tension de la chaîne logistique en développant une stratégie basée sur un partenariat fort et efficace entre le Gouvernement et le secteur privé.

Aujourd’hui, la performance du secteur dans son ensemble reste à un stade intermédiaire, caractéristique des pays émergents, mais présentant un fort potentiel de développement par rapport aux pays qui ont réussi leur mutation logistique. Le secteur est, en effet, caractérisé par une offre de services encore inégale (coût, qualité, délai), une demande en moyenne peu sophistiquée et un manque d’infrastructures spécialisées sur certains flux.

Par ailleurs, un ensemble de nouvelles stratégies sectorielles volontaristes ont été définies par le Maroc notamment dans les domaines agricole, énergétique et industriel. Pour maximiser les chances de réussite de ces stratégies, il est aujourd’hui essentiel de les accompagner par un secteur logistique performant répondant aux nouveaux besoins en services logistiques.

Dans ce cadre, l’Etat et le secteur privé représenté par la CGEM ont défini une stratégie pour le développement de la compétitivité logistique du Maroc. Cette stratégie a été actée par la signature d’un Contrat Programme sur la période 2010-2015, sous la Présidence Effective de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, en avril 2010 à Casablanca.

 

Présentation de la stratégie nationale logistique :

Le contrat programme définit le cadre de développement du secteur de la logistique au Maroc, fixe les grandes lignes et les objectifs de la stratégie intégrée pour le développement de la compétitivité logistique et décline les engagements communs de l’Etat et du secteur privé.

Présentant un fort potentiel de développement et d’ouverture à l’international, qui permettra au Maroc de se positionner en tant que hub régional de la logistique au niveau de l’Afrique, cette stratégie ambitionne de :

  • réduire le poids des coûts logistiques du Maroc par rapport au PIB pour passer de 20% actuellement à 15% à moyen terme ;
  • accélérer la croissance du PIB en gagnant 5 points sur 10 ans par l’augmentation de la valeur ajoutée induite par la baisse des coûts logistiques et l’émergence d’un secteur logistique compétitif ;
  • contribuer au développement durable du pays à travers la réduction des émissions de CO2 liées au transport routier de marchandises de 35% à moyen terme et la décongestion des routes et des villes.

Ainsi, la stratégie logistique marocaine, déclinée en cinq axes vise à :

  • doter le pays d’infrastructures logistiques performantes à travers la mise en place d’un réseau national de zones logistiques (axe 1) devant couvrir une superficie de près de 3300 ha en 2030, réalisé progressivement dans le cadre de schémas régionaux mobilisant du foncier en majorité public et conçus en concertation avec les acteurs locaux sur la base des besoins actuels et prévisionnels de ces territoires ;
  • accélérer la modernisation cohérente du secteur à travers des plans d’actions sectoriels d’optimisation des flux logistiques (axe 2), des actions favorisant l’émergence de logisticiens intégrés et performants (axe 3), un plan national global de développement des compétences en logistique (axe 4) et le renforcement de la gouvernance du secteur (axe 5) via la mise en place d’instances dédiées (l’AMDL et l’Observatoire Marocain de la Compétitivité Logistique – OMCL).

La mise en œuvre des mesures et actions relatives à ces axes s’opérera progressivement et en plusieurs phases, avec des objectifs ambitieux à court et moyen termes, pour un déploiement complet à l’horizon 2030.

Dans le cadre de l’exécution de la stratégie nationale logistique, le contrat programme entre l’Etat et le secteur privé prévoit la conclusion de :

  • contrats d’application pour le développement des plateformes logistiques au niveau régional ;
  • contrats d’application horizontaux et sectoriels relatifs à la formation ainsi qu’à l’amélioration des chaines logistiques relatives aux flux des produits énergétiques, produits agricoles, distribution nationale, matériaux de construction et au flux import/export.